Régime minceur, régime Harper

Radio-Canada et le « péril bleu »

Régime minceur, régime Harper

9 mars 2012 par 

Combien coûte Radio-Canada ? Trop cher, disent, d’un côté, les concurrents du privé à l’appétit gargantuesque comme Quebecor, Rogers et Shaw – et de l’autre, le gouvernement conservateur de Stephen Harper qui, c’est bien connu, abomine tout ce qui a trait à la culture et ne se plie pas servilement aux valeurs de droite qu’il met de l’avant.

Radio-Canada coûte plus d’un milliard cent trente millions (1 134 300 000 $) par année ! Le chiffre semble énorme et c’est bien sûr de cette façon que les épouvantails conservateurs veulent que les Canadiens le voient afin qu’ils puissent, en coupant ce budget, jouer la carte du preux défenseur des finances publiques et du pauvre payeur de taxes étranglé par le système.

Rétorquons tout d’abord qu’en comparaison, le budget alloué à la Défense équivaut à 22 milliards $ et qu’à elle seule, la mission canadienne en Afghanistan coûte 2 milliards $ par année depuis 10 ans. Puis, décortiquons un peu le « gros » milliard que coûte Radio-Canada : chaque Canadienne et Canadien paie, en réalité, moins de 34 $ par année pour l’ensemble des services de Radio-Canada. Si l’on compare ce coût par citoyen avec ceux d’autres pays industrialisés, on constate que le gouvernement fédéral investit bien peu pour les services de radio et de télévision d’État. Des exemples : l’investissement public est de 155 $ par citoyen en Suisse, de 147 $ en Allemagne, de 111 $ en Grande-Bretagne, de 106 $ en Suède et d’environ 80 $ en France, en Belgique et en Espagne. En fait, sur un échantillon de dix-huit pays occidentaux, le Canada ne devance, en financement public, que la Nouvelle-Zélande et… les États-Unis – ce qui s’avère inquiétant, quand on considère la tendance lourde des conservateurs à vouloir calquer le voisin du sud.

Ramenons maintenant ce 34 $ annuel par citoyen en dépense quotidienne et on arrive à… 9 sous par jour ! Vu ainsi, le coût pour les services de Radio-Canada est donc moindre que celui d’une tasse de café par semaine. Autre comparaison budgétaire : la facture moyenne de câblodistribution pour un mois coûte plus cher que Radio-Canada pour toute une année. Mais, vous pensez bien que jamais le gouvernement Harper ne montrera les chiffres par ce bout de la lorgnette.

Et qu’en est-il des services de Radio-Canada ? Au-delà du plus connu, qui se consomme quotidiennement, c’est-à-dire la télévision et les deux chaînes radio, la SRC est présente dans un ensemble de secteurs de l’industrie culturelle canadienne. RDI, ARTV, TV5 Monde, Tou.tv, Bold et Documentary, du côté de la télévision, et CBC North, Bande à part, Première Plus, Sports Extra, Radio-Canada International, RCI Plus et Espace Jazz, du côté de la radio, sont toutes des composantes de Radio-Canada et de CBC. Tout comme Les disques SRC, Services mobiles, messagerie et contenu interactif pour appareils mobiles et Applications, pour téléphones intelligents et tablettes graphiques…

Par ailleurs, la société d’État investit énormément d’argent dans des productions canadiennes en radio, télévision et cinéma. Au Québec, Radio-Canada produit à elle seule plus d’émissions canadiennes que toutes les autres stations de télévision réunies, qu’elles soient généralistes, spécialisées ou payantes. Et du côté de la diffusion, Radio-Canada présente seize fois moins d’émissions non canadiennes, donc essentiellement américaines, que les télévisions privées.

Depuis que le gouvernement Harper est au pouvoir à Ottawa, soit depuis 2006, Radio-Canada a vu ses fonds de provenance fédérale fondre de 78 millions $, pour atteindre son plus bas niveau depuis l’année 2000. Et les conservateurs étaient minoritaires ! Selon de nombreuses sources, le prochain budget fédéral pourrait faire très mal à Radio-Canada et les régions dites éloignées seront encore une fois sévèrement touchées. La disparition d’un fonds de production et de programmation qui avoisine les 6 millions $ et qui est particulièrement dédié aux régions est déjà évoquée.

Devant ces sombres perspectives, des comités d’« amis de Radio-Canada » se sont formés – et se forment toujours – un peu partout au Canada, avec une prédominance, on s’en doute, au Québec. Un site, amisderadiocanada.com, a été mis en ligne, de même qu’une page Facebook, qui a rapidement atteint les 3 000 amis. La mobilisation populaire via les réseaux sociaux pourra-t-elle changer les plans du gouvernement conservateur versus Radio-Canada ? Rien n’est moins sûr quand on connaît l’arrogance de ces élus et leur propension à agir et réagir constamment en fonction de leurs valeurs idéologiques. Chose certaine, plus il y aura de gens qui manifesteront leur appui à Radio-Canada, plus l’équilibre des forces ne s’en portera que mieux.

À quand un Printemps québécois ?

Une pétition a aussi été mise en ligne au bit.ly/hCERO3.

À la fin février, plus de 160 000 personnes l’avaient déjà signée.  Cette pétition sera remise, en temps et lieu, aux députés de la Chambre des Communes.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe