Champ libre

Tout n’est plus vrai que sur la route

Par Dany Héon le 2012/01
Image
Champ libre

Tout n’est plus vrai que sur la route

Par Dany Héon le 2012/01

C’est dans un style souvent ludique mais parfois quelque peu répétitif que Mahigan Lepage nous transporte Vers l’Ouest où, non sans détours et péripéties, nous suivons le narrateur en quête du mythique B. C. Et si les villes et les auto-stop tendaient un jour à vouloir se ressembler, la destination serait-elle toujours l’objet de la quête  ?

Tout au long de ce récit, Lepage réussit à maintenir cette plume particulière qui nous fait croire à un présent se déroulant en continu. Les retours en arrière font se chevaucher deux voyages du narrateur qui, nous le découvrons au fil des pages, ne peuvent être dissociés. Dans un rythme frénétique et attachant, le lecteur se retrouve assis, lui aussi, sur la banquette. En effet, l’écriture porte le souffle de la prose spontanée rendue dans un esthétisme travaillé. Certains passages nous saisissent par leur innocente humanité. Les lecteurs reconnaîtront cette force de l’auteur dans le tordant triangle amoureux mettant en scène le narrateur, la fille de Rimouski et la fille de Sainte-Marthe-sur-le-Lac  ! Pour avoir assisté à la lecture d’un extrait par l’auteur lors de la soirée de poésie organisée par Mémoire d’encrier au Salon du livre de Rimouski, on peut dire que son interprétation vivante porte à son comble l’esprit et la force du texte.

Tous ceux qui ont fait le voyage vers l’Ouest se verront renvoyés à la nostalgie de leur première fois  : « Ne te décourage pas, le plus long c’est l’Ontario, après ça va vite.  »

Et puis les arbres se raréfient peu à peu et laissent place à un horizon vertigineux  : « Dans les prairies on est sur la terre. Nulle part ailleurs peut-être ne s’éprouve sentiment plus fort de la terre comme planète…  »

Enfin, après quelques jours à parcourir un horizon qui paraît parfois immobile, on sort de Calgary  : « À l’horizon les Rocheuses se levaient, elles étaient si loin encore et si pâles qu’elles se confondaient vaguement avec les nuages, l’asphalte avait des reflets de bleu.  »

Ce trop court ouvrage, s’inscrivant dans la lignée du Road book fougueux, saura toucher la fibre éprise de liberté de ceux qui ont connu la route. Les autres ne pourront que rêver d’aller à sa rencontre  : « La route est une expérience en soi qui jamais ne lie les territoires qu’elle relie.  »

Mahigan Lepage est né en 1980 et a habité successivement la Gaspésie, l’Outaouais, le Bas-Saint-Laurent (Bic) et Montréal. Vers l’Ouest, publié chez Mémoire d’encrier, est une version révisée et augmentée de la version numérique se trouvant sur publie.net où l’on peut aussi découvrir Carnet du Népal et La science des lichens. Relief a été publié aux éditions du Noroît en 2011.

Partager l'article

Image

Voir l'article précédent

Les cahiers Victor-Lévy Beaulieu

Image

Voir l'article suivant

Dans le bruit et la fureur de Port-au-Prince