Futur chef de file en écoconstruction

Le Bas-Saint-Laurent

Futur chef de file en écoconstruction

19 décembre 2011 par 

Le vendredi 28 octobre dernier s’est déroulé à Rimouski un déjeuner-conférence portant sur le dernier-né du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE) : le créneau d’excellence en écoconstruction qui vient d’être accordé au Bas-St-Laurent dans le cadre du projet Action concertée de coopération régionale de développement (ACCORD). Plus récemment, le 24 novembre, un colloque d’une journée sur le même thème s’est tenu à Matane.

Un créneau d’excellence est un segment de marché pour lequel une organisation commerciale (une entreprise ou, dans ce cas-ci, une région administrative) décide de se spécialiser en développant une expertise particulière afin de se démarquer de la compétition.

Grâce à cette initiative du MDEIE, les industriels, les professionnels et les chercheurs bas-laurentiens des secteurs liés à la construction résidentielle vont désormais bénéficier d’un soutien financier et logistique, d’aide au réseautage et de formation pour développer de nouveaux produits et services « verts ». Les promoteurs du projet affirment que le Bas-Saint-Laurent est en voie de devenir un chef de file nord-américain en construction écologique.

Mécanique de financement

C’est évidemment le MDEIE qui sera, par l’entremise du programme ACCORD, le principal bailleur de fonds des entrepreneurs en finançant les projets de recherche et de développement jusqu’à concurrence de 50 %. D’autres investissements pourront être obtenus de la part de Développement économique Canada (DEC), d’Emploi-Québec, de la Conférence régionale des éluEs du Bas-Saint-Laurent (CRÉ-BSL), des Centres locaux de développement (CLD), des Sociétés d’aide au développement des collectivités (SADC) et du ministère des Ressources Naturelles et de la Faune (MRNF).

Il est à noter que l’on peut devenir membre du créneau et bénéficier des services offerts en tant qu’entreprise, organisation, municipalité ainsi qu’à titre individuel.

Le kiosque de MEM au GreenBuild. Photo : réseau habitation

Une fierté locale

La première action concrète dans le cadre du créneau a été d’envoyer une délégation de 19 représentants à Toronto au début du mois d’octobre dans le cadre du Greenbuild, un salon international dédié à la construction écologique. Parmi les représentants figuraient les Bicois Dominique Barras et Sébastien Bélec, propriétaire de la boutique l’Étoffe rustique et président de Matériaux Écologiques pour la Maison (MEM Inc.). Au milieu des kiosques clinquants et du green washing évident qui régnait lors de l’événement, Sébastien a présenté une laine isolante à base de fibres de chanvre (Natur’ChanvreMC) fabriquée par MEM. Malgré la sobriété et l’honnêteté du kiosque, Natur’ChanvreMC a valu à Dominique et Sébastien de nombreux éloges et leur produit a été reconnu comme l’un des dix meilleurs présentés au salon torontois selon l’organisme GreenSpec qui étudie et évalue de façon indépendante les produits offerts sur le marché de l’écoconstruction.

Une bonne nouvelle, mais...

Les écologistes et les passionnés d’écoconstruction recevront sans doute l’annonce de la mise sur pied du créneau avec un grand enthousiasme. La nouvelle a effectivement de quoi les réjouir, mais ils devraient toutefois relativiser leurs ardeurs et se rappeler qu’il s’agit ici d’un créneau commercial, autrement dit, d’un segment de marché à développer. Les visées du projet sont en vérité les mêmes que celles du Ministère (MDEIE) qui l’a institué, soit le développement économique, l’innovation technologique et l’exportation de produits et d’expertise. En effet, on ne parle pas ici d’une initiative visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de nos industries ni à diminuer la consommation d’énergie de nos maisons. Il ne s’agit pas non plus d’une action pour favoriser des pratiques écologiques en construction. Ce seront là des bénéfices collatéraux notables pour le projet, mais ils n’en constituent aucunement l’essence. En effet, comme en témoigne le tableau ci-joint ** tiré textuellement de la fiche informative du créneau,  les stratégies et objectifs des principaux intéressés sont strictement d’ordre commercial. L’augmentation des ventes et des exportations ainsi que le développement de nouveaux produits font figure de leitmotiv. La protection de l’environnement ne semble pas faire partie des priorités du MDEIE. D’ailleurs, aucun environnementaliste ne figure parmi les gestionnaires de première ligne de cet ambitieux programme. On est plutôt allé chercher les « leaders industriels et économiques » de la région, nous affirmait lors du déjeuner-conférence Mme Sarah Landry, directrice du créneau embauchée par le Service de recherche et d’expertise en transformation des produits forestiers (SEREX). À titre d’exemple, la présidence du créneau a été confiée à M. Bertin Rioux, directeur de Construction Goscobec, entreprise louperivoise fabricant de maisons pré-usinées.

Cela dit, on peut tout de même espérer que l’implantation du créneau engendrera de belles retombées autres qu’économiques. Parmi celles-ci, pensons à l’arrivée sur le marché de nouveaux produits écologiques qui risquent d’en faire disparaître d’autres plus nocifs. Aussi, par la présence accrue de constructions respectueuses de l’environnement, les préjugés des plus réticents vont peut-être s’atténuer, voire tomber. Conséquemment, on pourra sans doute constater un assouplissement des normes et des réglementations en ce qui a trait aux méthodes alternatives de construction, de traitement des eaux usées, de production d’électricité, etc. De plus, l’offre grandissante de programmes de formation éco-orientés ne peut que participer à la prise de conscience collective de la nécessité d’adopter une approche plus sensée en construction. Et nul besoin d’énumérer les bienfaits d’une meilleure gestion de nos ressources naturelles – forestières ou autres.

Bien que son programme sous sa forme actuelle semble se limiter à des visées de croissance économique,  l’implantation dans la région du créneau d’excellence en écoconstruction possède un potentiel indéniable. À première vue, la mission confiée à ses gestionnaires demeure relativement restreinte. Présumons toutefois de la bonne foi de ces derniers et attendons de voir s’ils oseront agir au-delà de leur mandat.

Les intéressés pourront en connaître davantage sur le créneau d’excellence en écoconstruction en consultant la fiche descriptive disponible en ligne au www.mdeie.gouv.qc.ca/accord. Un site web est également en construction et devrait être disponible sous peu à l’adresse www.creneau-ecoconstruction.com . Pour toute question, vous pouvez contacter la directrice du créneau, Sarah Landry, en lui écrivant par courriel à sarah.landry@serex.qc.ca .

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe