Sur mon île… loin de mon école…

Desserte à marée basse

Sur mon île… loin de mon école…

3 mai 2011 par 

« Le 6 janvier 2005, naissance de Clovis PA ! ! ! PAM ! ! ! Depuis, Victor et Florianne ont suivi... Une succession d’évènements heureux de la sorte ne s’étaient pas vus depuis belle lurette à l’île Verte, petite île que j’habite depuis que j’ai trois jours. Mais bientôt, mes parents seront devant un choix difficile : partir ou rester. Car en septembre prochain, je fréquenterai l’école de façon régulière, mais mon école est sur la terre ferme et je ne suis pas capable d’y aller lorsque la marée est basse… » Clovis Dionne, 6 ans

En 1986, j’ai eu la possibilité de terminer mon cycle primaire sur l’île, en compagnie d’une poignée de jeunes de mon âge. Clovis, lui, n’aura pas cette chance. Dans l’état actuel des choses, hormis son frère et sa sœur – ainsi que quelques familles de passage au cours de l’été –, Clovis peut difficilement socialiser avec des enfants de son âge. Cela pour la simple et « mauvaise » raison que nous sommes, Anaïs et moi, la seule famille avec enfants en bas âge à habiter à longueur d’année sur l’île Verte.

Cette île Verte n’est toutefois pas constamment entourée d’eau : topographie du fleuve, cycle des marées, absence d’infrastructures ou d’équipements adaptés se conjuguent pour créer un enclavement quotidien de plusieurs heures, en raison de la marée basse. Cette spécificité géographique génère de multiples avantages que les insulaires sont souvent ouverts à partager, mais aussi de lourdes contraintes. Les principales étant l’accessibilité à la scolarisation, au transfert médical d’urgence et à un emploi sur la terre ferme. Comme vous le constatez, on ne parle pas ici de luxe, mais bien de conditions de vie de base d’une population.

C’est donc à l’automne 2009 que le comité de santé de l’île Verte s’est résolument emparé du dossier de la desserte à marée basse, et ce, en vue de doter la population de l’île d’un mode de transport indépendant des marées. Depuis ce jour, la mobilisation citoyenne a permis la reconnaissance d’un élément fondamental : la nécessité de la mise en place d’un transport à marée basse.

Pour y arriver, le comité de santé a effectué une analyse comparative de cinq options de transport (bateau, avion, hélicoptère, aéroglisseur, véhicule amphibie), a obtenu l’appui des organismes locaux et régionaux, a réalisé un sondage auprès de la population, a rencontré à de multiples reprises des organismes susceptibles d’être mis à contribution et a coordonné une consultation publique visant, entre autres, à déterminer le meilleur moyen de transport à marée basse. Deux modes de transport ont été identifiés : le véhicule amphibie et l’aéroglisseur.

La mise en place d’un service de transport à marée basse, par véhicule amphibie ou autre, constitue une application concrète – aussi originale soit-elle – de la stratégie gouvernementale qui propose « une loi-cadre pour assurer l’occupation, la vitalité des territoires1 ». En effet, ce moyen de transport adapté à notre particularité insulaire permettrait la scolarisation des enfants de notre municipalité et favoriserait l’habitation dynamique de ce même territoire par le maintien et l’accroissement de sa population (notre famille, celles à venir et ses ainés), tout en limitant l’impact sur le caractère insulaire et son environnement naturel.

Cela dit, il y a une lueur d’espoir puisqu’un bateau à chenille a été identifié comme étant le meilleur actif pour répondre à cette contrainte de desserte à marée basse. Conséquemment, le constructeur de cette embarcation a commencé les démarches, dont une rencontre le 14 avril dernier, afin d’obtenir les approbations réglementaires requises pour opérer ce type de véhicule avec des passagers à son bord. Le comité de santé attend impatiemment le résultat de cette journée susceptible d’être un élément déterminant dans la suite du dossier visant à implanter un mode de transport par véhicule amphibie à l’île Verte.

Vous trouverez à l’adresse suivante les documents produits par le comité de santé de l’île Verte : www.ileverte.net/transport.

_______ Notes : 1.    Extrait du Discours du trône de Jean Charest, 25 fevrier 2011
Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe