Les fines herbes et fines 
fleurs de Sandie Bouthillette

Portrait

Les fines herbes et fines 
fleurs de Sandie Bouthillette

2 juillet 2010 par 

Primée à deux reprises lors du dernier Concours québécois en entreprenariat, Sandie Bouthillette vendra ses produits de la terre pour la première fois cet été à Saint-André-de-Kamouraska. En février dernier, elle fondait Jardin Floro, une entreprise qui produit des légumes et des fruits de saison, des fines herbes et des fleurs comestibles et qui développera, tout au long de l’été et de l’automne, des produits transformés à base d’herbes aromatiques et de fleurs comestibles. Coup d’œil sur une jeune jardinière entreprenante qui souhaite nourrir les gens de sa région.

Originaire de Prévost dans les Laurentides, Sandie Bouthillette emménage dans le Kamouraska en janvier 2008 pour accompagner son amoureux. Troquant ses études en herboristerie à Montréal pour des cours à distance avec l’Académie Herboliste, elle travaillera deux ans à la conception de paniers de légumes biologiques pour la ferme La Maria dans Bellechasse et fera le plein de formations additionnelles comme herboriste praticienne, fabricante, productrice et aromathérapeute.

Toute petite, cette apprentie herboriste souhaitait être médecin. Au collégial, Sandie s’est finalement tournée vers les soins infirmiers, mais elle n’a guère apprécié la dynamique retrouvée dans les hôpitaux et a abandonné ses études dans ce domaine. « Je suis alors partie en Amérique du Sud et, par un heureux hasard, je me suis retrouvée dans la jungle avec les Premières Nations de l’Équateur qui m’ont généreusement partagé leurs connaissances et leur amour des plantes. C’est vraiment à ce moment que le déclic s’est fait et que j’ai su que c’est comme cela que je voulais soigner les gens. »

La naissance de Jardin Floro

Son voyage en Équateur, tout comme ses expériences de travail des six dernières années, a fait germer en elle plusieurs rêves et idées, mais surtout une envie, celle de créer des produits qui n’existent pas encore et qui incitent les gens à bien manger. « Je voulais créer ma propre vie, ma propre entreprise, participer à l’économie locale, être une actrice de changement dans mon milieu. » C’est donc dans l’optique d’apporter la santé dans l’assiette des gens par le biais d’herbes et de variétés de fleurs savoureuses que Jardin Floro est né. « Cet été, je ferai surtout des tests pour voir quelles variétés sont les mieux acclimatées à la région. » Sandie aimerait aussi développer dans le futur des paniers d’hiver biologiques selon le principe de l’Agriculture Soutenue par la Communauté.

Transformer le rêve en réalité

Créer une entreprise lorsqu’on n’est pas originaire de la région et qu’on ne dispose pas de capital à investir est tout un défi. La rencontre avec Anne Fortin et Andrée Deschênes du Jardin des Pèlerins à Saint-André a été décisive pour Sandie Bouthillette. Depuis 11 ans, ces deux femmes ont mis en place des cultures biologiques qui offrent des produits maintenant reconnus partout dans la province et se sont bâties une clientèle fidèle. Sandie explique : « Elles connaissent bien le milieu et savent que ce n’est pas facile. Elles m’ont offert de partager la machinerie, un espace de culture et l’accès à leur clientèle pour monter mon projet. C’est toute une chance d’avoir eu un accès à la terre et de pouvoir côtoyer deux femmes d’expérience pour appuyer le démarrage de mon entreprise. »

Anne Fortin et Andrée Deschênes sont inquiètes du manque de relève et souhaitent encourager les jeunes à cultiver la terre de façon respectueuse. « En créant le Jardin des Pèlerins, une des vocations premières que nous souhaitions lui donner était que ce lieu serve à transmettre et à partager des connaissances sur la culture biologique et écologique avec la prochaine génération ; c’était primordial, et ce l’est toujours. »

Et l’avenir ?

Sandie Bouthillette est confiante quant au futur de Floro à Saint-André. Elle s’est construit un bon réseau social, s’implique sur la Table jeunesse du Kamouraska et reçoit régulièrement un coup de pouce d’amis qui désirent mettre la main à la pâte, les mains à la terre.

Pour la jeune Jardinière, le rêve, tout comme le travail acharné qui s’y marie, est bien commencé et elle en est très motivée. « C’est important de cultiver des légumes biologiques, car il n’y en a pas beaucoup dans la région. Mes produits de fleurs transformées risquent de sortir du Kamouraska, de voyager dans la province, mais les légumes et les fruits de saison, c’est pour nourrir sainement les gens d’ici. »

La population du Bas-Saint-Laurent est invitée tout l’été au 190, route 132 Est, à Saint-André-de-Kamouraska, afin de déguster les produits de fleurs transformées de Jardin Floro et de se procurer fines herbes, légumes et fruits de saison.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe

Chroniqueurs