Chronique contemporaine de morsures à vif (juillet-août 2010)

Chronique contemporaine de morsures à vif (juillet-août 2010)

2 juillet 2010 par 

Transport, politique et linguistique

Pour protester contre le temps qui, de plus en plus, se fait denrée rare, surtout quand on doit écrire une chronique en préparant son déménagement – c’est vous dire, j’écris pratiquement ces lignes dans l’arrière d’un camion, sur mon ordinateur rangé dans sa boîte, à côté de mon rasoir et de ma lampe de chevet ;

Pour protester contre le cynisme, le patronage et la dégénérescence politique devenue manière de faire pour le gouvernement de Jean Charest;

Pour protester contre la dictature qu’instaure insidieusement le gouvernement de Stephen Harper en collaborant le moins possible avec les journalistes avec le sale dessein de contrôler au maximum l’information publique et de faire croire au quidam votant que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ;

Pour protester contre la droite religieuse et les entrées qu’elle a auprès du gouvernement de Stephen Harper – encore lui ;

Pour protester contre les propos rétrogrades et ultra-orthodoxes de certains représentants de l’Église et le fait qu’on les laisse déblatérer sans les ramener à l’ordre ;

Et pour plein d’autres emmerdements ;

J’avais pensé laisser un grand blanc dans cette chronique, comme pour observer une colonne de silence, mais il se trouve que mon ex-collègue et toujours ami Denis Leblond a déjà fait cet exercice, dans ces mêmes pages, dans les premières années du Mouton – il y en a de ces sans-gêne, tout de même, vous chiper vos idées géniales dix ans avant même que vous ne les ayez…

Mais, j’ai plutôt décidé de tirer la langue un grand coup à tous ceux ci-haut nommés, ceux que j’oublie et ceux que vous ajouterez avant de vous joindre à moi par votre lecture à voix haute et, je le souhaite, un brin humide.

Allez, tous ensemble, aux conservateurs, libéraux, ecclésiastiques et autres mammifères de la famille des crosseurs :

PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP PPPPPPPPPPPPPPFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF

RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRTTTTTT TTTTTTTTTTTT

TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT ! ! ! ! ! ! ! ! !  ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !

! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !

Et, tout de même, un petit blanc pour reprendre notre souffle et, accessoirement, remplir ma colonne. Bon, ainsi, l’été sera beau et chaud. Profitez-en autant que je le ferai et regardez bien ce qui se trame autour de vous… Il y a trop de gens qui disent vouloir votre bien.

Allez !

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe