dernier numéro

Spécial Carrousel international du film de Rimouski

On vous avait dit de ne pas toucher à notre région!

On vous avait dit de ne pas toucher à notre région!

12 mai 2017 par 

Photo: Raymond Beaudry

Au cégep de Rimouski, le samedi 18 mars, se tenait un colloque sur les régions du Québec. L’événement organisé par le bureau du député de Rimouski, Harold Lebel, réunissait des conférenciers issus des rangs souverainistes, mais également des universitaires et des leaders socioéconomiques. Devant une assemblée de près de 200 personnes, les panélistes avaient pour mission de faire l’état des lieux des enjeux économiques, sociétaux et démocratiques qui touchent le développement régional.

Il est de notoriété publique que les régions ont été particulièrement touchées par les mesures de réduction des dépenses publiques imposées par le gouvernement québécois dès 2013. Les effets ne furent pas que financiers, ils se sont traduits par des réformes structurelles majeures (disparition des CRÉ et des CLD, transformation des Agences régionales de santé et des services sociaux) et des pertes d’emplois et d’expertise dédiés aux régions. À ces réductions directes dans les ressources consacrées à l’essor des territoires se sont ajoutées des coupes en éducation, en santé et dans les services à la population, qui sont venues à leur tour fragiliser les acquis en matière de développement régional.

Alors que le gouvernement du Québec annonce, après trois ans de cure minceur, une hausse des budgets encore loin des attentes régionales, plusieurs conférenciers ont souligné que le développement des régions va au-delà des enjeux financiers et requiert de nouvelles assises. Malgré les promesses de réinvestissement public, la situation actuelle marque un net recul tant sur le plan de l’autonomie régionale que sur celui de la décentralisation des pouvoirs, d’où l’appel à changer cette dynamique du développement qui rend nos institutions régionales vulnérables aux pouvoirs centraux et aux aléas économiques. Les dernières années ont (re)fait la démonstration que les régions restent tributaires de décisions « subies » plutôt que souhaitées et assumées. Il est temps de revoir les fondements et les structures qui ont guidé depuis quarante ans la politique territoriale québécoise.

Identité régionale

Il n’est donc pas surprenant que les principaux thèmes abordés fussent ceux de vision des territoires, de plan d’action, d’équité territoriale, d’innovation publique et de confiance en soi : idée d’apprendre de notre histoire régionale récente et de ne pas vivre à nouveau l’amertume des espoirs déçus! « Qui sommes-nous? » et « Que voulons-nous devenir? » : deux questions existentielles qui font écho à de nombreux propos prononcés en ce samedi ensoleillé. En d’autres mots, si les structures sont des outils, elles ne sont pas le moteur du développement. Sans un engagement marqué de la société civile et des élus locaux, ce qui passe par la constitution d’une identité régionale forte, toute réforme manquera sa cible. Selon ces dires, c’est également en créant un rapport de force équilibré et équitable entre les régions et l’État québécois qu’une direction viable pourra se dessiner.

Réalistes, mais loin d’être défaitistes, les participants ont ciblé plusieurs mesures concrètes qui pourraient être mises de l’avant pour favoriser l’essor des régions : la création d’une banque de développement régional; une redistribution équitable des retombées économiques liées aux ressources naturelles et aux énergies vertes; la territorialisation de la fonction publique québécoise; l’innovation publique et le maintien de l’expertise régionale; la valorisation des milieux de vie pour l’accueil de nouveaux résidents; et la création de lieux de concertation et de délibération citoyenne. Ce ne sont ni les idées ni la volonté régionale qui font défaut, si l’on se fie aux propos des nombreux citoyens et citoyennes qui ont participé aux échanges.

Partager les pouvoirs

Mais alors pourquoi en sommes-nous encore « là »? Deux raisons principales sont ressorties des discussions. Premièrement, le rapport avec l’État québécois, ce dernier est encore et toujours le véritable lieu de décision du sort des régions. D’où l’intérêt d’un nouveau rapport de force « devant » l’État — par la création d’institutions régionales représentatives — et « dans » l’État — par la création d’un Secrétariat aux affaires régionales ou d’une Chambre des régions. L’autonomie régionale passe par un nouveau pacte avec l’État québécois dans lequel ce dernier devra enfin accepter de partager ses pouvoirs, et non seulement de se délester de ses responsabilités. Les participants restaient toutefois partagés à savoir si de tels changements impliquant une nouvelle distribution des pouvoirs pouvaient prendre forme dans un contexte autre que celui d’un Québec souverain. Néanmoins, de part et d’autre, un consensus se dégageait quant à l’importance de ne plus attendre pour faire ces changements discutés ça et là depuis tant d’années (et de réformes!)

La seconde raison concerne la pérennisation de l’engagement citoyen. Plusieurs conférenciers ont souligné que les citoyens et les citoyennes du Bas-Saint-Laurent répondaient en grand nombre aux appels à la mobilisation, qu’ils soient de nature socioéconomique ou environnementale. La difficulté réside toutefois dans l’absence de relais institutionnels — les espaces de délibération et de collaboration — capables de traduire cette force citoyenne en actions concrètes. Les élus locaux ont souvent été interpellés sur cette question lors des échanges — imputabilité, éthique et responsabilité des élus locaux —, mais malheureusement, ils étaient trop peu présents à la table des conférenciers pour répondre à toutes ces interpellations. Il aura fallu, lors des périodes de questions, les interventions courageuses, à la fois judicieuses et parfois touchantes, de maires de petites municipalités pour nous faire réaliser tout autant la lourdeur de leur tâche, le manque de reconnaissance à leur endroit que le besoin de (re)valoriser leur fonction.

Au-delà de tout, ces désirs de « mieux » d’État et d’imputabilité citoyenne soulignent, en région comme ailleurs, l’urgence d’une refondation de notre vie politique et démocratique. Plusieurs des participants ont rappelé que le développement des territoires passait par des initiatives locales, des élus imputables et des institutions responsables. En somme, si la conférence a permis de proposer des outils concrets pour le développement des régions d’une part et d’identifier les acteurs clés du changement d’autre part, la question fondamentale demeure celle du maillage entre ces deux réalités. La création d’institutions démocratiques régionales, qui soient à la fois imputables devant les citoyens et les citoyennes et suffisamment fortes pour transposer la volonté et le poids des régions dans les relations avec l’État québécois, demeure l’objectif premier. Le débat se poursuit, ce qui est déjà le signe indéniable d’une vitalité démocratique qui ne demande qu’à trouver ses pierres d’assise. 

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe