dernier numéro

Vol XXII No 6, Agriculture et autres jardins

Le gouvernement des sportifs

Le gouvernement des sportifs

2 décembre 2016 par 

Imaginons un instant que le gouvernement soit contrôlé par l’élite sportive. Les champions olympiques pis les gagnants de la coupe Stanley sont adulés, élus, forment le gouvernement. De quoi est-ce que ça aurait l’air ?

Premièrement, ceux qui aiment les sports d’équipes aiment se promener en gang. Il y a un chauffeur, on n’a pas besoin de conduire, on peut lire, écouter la télé, s’entraîner, faire ce qu’on veut, on est en gang pis on a le droit de boire dans l’autocar. Le gouvernement des sportifs, POUR le transport en commun !

Côté infrastructures, il y aurait : des piscines olympiques, des patinoires ouvertes à l’année, des pistes de course, des terrains de badminton, de squash dans tous les quartiers. Des dizaines de pistes cyclables et de corridor de jogging seraient ajoutées à nos villes. L’économie tournerait autour du sport, il suffit de démarrer une entreprise de réparations de raquettes de tennis pour faire fortune!  

Les sportifs c’est nos champions. Y a pas meilleur qu’eux. C’est normal que ce soit eux qui écrivent les lois de notre pays.  Pour se ramasser au top, image combien de temps ils ont mis à s’entraîner, à pratiquer, à visualiser chaque mouvement ! Toute la discipline qu’il faut avoir! Ils sont toujours à la première page des journaux! Je ne vois pas comment on pourrait imaginer élire quelqu’un d’autre qu’un sportif.

Le sport c’est bon pour souder la famille. On a décrété que tous les parents de jeunes enfants ont congé le mardi et le jeudi en avant-midi ET le vendredi en après-midi pour faire une activité avec leur jeune. Tous les experts vous le diront : « Pour régler le problème de la pyramide des âges, il n’y a jamais eu de mesure aussi efficace! »

Comment ça fonctionne ?

Il y a 6 partis politiques dans le parlement d’Ottawa. Tous les partis politiques ont droit à un nombre égal d’élus : 49 députés. Chaque parti politique joue un nombre égal de matchs par année. Un match est un duel entre deux partis politiques qui s’affrontent en déposant des projets de lois et en débattant pendant 2 heures.  Celui qui a le plus de projet de lois votés est celui qui gagne le match. On a 2 heures pour trouver un gagnant. En cas de nulle, ça finit en tirs aux buts : des petits amendements qui sont votés de façon éclair.

Une saison est constituée de 72 matchs où s’affrontent les 6 partis politiques, séparés en 2 divisions : la gauche pis la droite. Le score des matchs inter-division ressemble à un match de foot, souvent 1 à 0 ou 2 à 1, tandis que les match à l’intérieur d’une division ressemblent plutôt à du football américain : 47 - 18 ou 62 à 59. On peut comprendre que dans un match entre le Suncor de Calgary et le Barrick Gold de Rouyn-Noranda les débats sont plus courts que s’ils jouent contre les Bélugas de Montréal jouent!

Le projet de loi le plus récent a toujours préséance sur les autres : les matchs de fin de saison et les séries sont vraiment enlevantes et c’est suivi par des millions de téléspectateurs.

Il faut que je vous raconte de l’an dernier. Ça s’est disputée entre le Canadian Tire de Toronto (droite) et le Greenpeace de Vancouver (gauche). Vancouver avait le premier droit de parole et ils ont déposé un projet de loi dit « double mise en échec mammouth » de 7744 pages touchant à plus de 80 lois différentes. Les juristes du Canadian Tire ont trouvé une contradiction entre la page 126 et la 6833 et ont pu utiliser la diversion pour déposer 88 projets de lois de 88 pages chacune ! La foule était en délire. Entracte.

Dans le vestiaire de Vancouver, le coach explique le plan de match : défaire les 88 projets de lois, coûte que coûte. On va les prendre un à la fois, il faut être précis et rapide. Y a un petit futé, du nom de Georges Laracque, qui se rend compte que 7744 pages et 88 fois 88 pages ça donne exactement le même résultat! Les gars ouvrent le texte de loi pis y se rendent compte que leurs adversaires avait déposé EXACTEMENT le même projet de loi qu’eux! Il y avait eu une fuite! Au scandale!

Là là, y a un jeune député d’arrière banc qui suggère que, étant donné que les deux équipes ont déposé le même projet de loi, la population gagnerait à ce que la loi soit adoptée. « Meuh, ben non, l’jeune, c’est eux qui l’ont déposé, on va perdre si on fait ça! Tu comprends rien, attends quand tu vas être plus vieux… »

Finalement, à la toute fin, le seul projet de loi du match : le Canadian Tire a réussi à faire adopter un mini-projet de loi de 3 lignes, ce qui leur a donné le match. 1 à 0. Un mini-projet de loi de 3 lignes en fin de match, on appelle ça un « jeu truqué ».

Un grand match

Un autre moment marquant : la fois où le Greenpeace jouait contre le Suncor de Calgary. En toute fin de match, Vancouver réussit à déposer un projet de loi qui élimine toutes les taxes les véhicules verts, en plus de donner un généreux crédit d’impôt pour leur achat! Hé ben, c’était pas tout à fait au point. Le projet de loi était mal écrit, pis en sortant y a un gars du Suncor qui est allé s’acheter un Hummer vert en profitant de toutes les exemptions ! J’peux vous dire qu’il s’est vendu vraiment beaucoup de chars verts cette semaine-là…

Des désavantages

Y a quand même des désavantages au gouvernement des sportifs. Les lois changent vite et tout le temps. Ceux qui aiment pas ben ben le sport sont aussi laissés en marge de la société. Les préoccupations de ceux qui veulent juste se déplacer dans leur char tout seul, ou qui aimeraient mieux voir une route efficace plutôt que des pistes cyclables dans toute la ville, y sont pas écoutés. Pis y a tout le temps des bouchons de circulations au centre-ville à cause des maudits partisans de telle ou telle équipe qui vient de gagner un match. En plein après-midi! À croire qu’y ont pas d’job ce monde là…

Au moins, y a d’autres métiers qui se sont réinventés! Les bureaux d’avocats sont présents à tous les coins de rues. La plupart des avocats sont ouverts de 6h du matin à 11h le soir, ils sont debout derrière un petit comptoir et les gens entrent et sortent du commerce pour poser leur questions. On peut aussi acheter du chocolat, de la loterie ou des cigarettes. Quand on va voir les avocats, ils sont tout le temps en train de fouiller dans leurs papiers, de se contredire pis de commenter le match de la veille. En plus, ils travaillent au salaire minimum - 6 ou 7 piasses de l’heure!

Pour le gouvernement des sportifs !

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe